La citation du jour… sur les écoles

« Comment expliquer qu’on attende encore les directives après quatre jours de confirmation d’un cas positif ? »

– Kathleen Legault, présidente de l’Association montréalaise des directions d’établissement scolaire

« Les délais de réponse de la Santé publique sont très longs », ajoute Mme Legault, citée par Le Journal de Montréal.

Mme Legault n’est pas la première à rapporter la confusion qui règne toujours dans les écoles à propos des directives suivant un cas positif dans une classe, deux semaines après la rentrée.

Le gouvernement et la direction de la santé publique nationale avaient prôné un retour « normal » en classe, sans masques, et surtout sans bulles-classes. Certaines directions régionales de la santé, particulièrement à Montréal et Laval, favorisent des mesures un peu plus serrées.

Actuellement, un cas positif signifie en principe l’isolement de l’enfant touché, mais les autres enfants peuvent demeurer à l’école s’ils n’ont pas de symptômes. C’est un problème, puisque les trois quarts (74%) de la transmission avec le variant Delta ont lieu avant l’apparition des symptômes.

La disparition des bulles-classes signifie aussi que les contacts entre les enfants, ce qui favorise une plus grande propagation du virus, et complique les enquêtes épidémiologiques.

En date de mardi, 512 écoles présentaient des cas actifs, sur les quelque 3000 que compte le Québec.

-30-



Catégories :Covid-19

2 réponses

  1. Ce n’est pas parce que l’on est vacciné que l’on ne peut pas transmettre le virus. Un enfant qui revient de l’école avec le virus va le transmettre à ses parents vaccinés. Ceux-ci vont propager le virus à leurs contacts. Les gens vaccinés feront alors seulement une belle grippe, mais la pandémie va se poursuivre. Il faut donc faire en sorte que les contaminations scolaires ne se répandent pas. Je trouve que 1/6 des écoles avec des cas actifs, c’est BEAUCOUP de virus qui circule. Est-ce que l’on a relâché les mesures sanitaires trop rapidement? Ça fait du bien au monde mais le virus en profite aussi alors on va devoir l’endurer plus longtemps.

Rétroliens

  1. Bilan covid Québec – 9 septembre – Le blogue de Patrick Déry

Répondre à boisverj Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *