Le pic de la 4e vague est-il passé ?

Le pic de la 4e vague est-il passé? Regardons les écoles, qui restent l’endroit où le virus circule le plus facilement.

En orange, les cas actifs cet automne (j’ai corrigé les données officielles, qui sont en retard).

En bleu, l’hiver dernier.

Si les autres variables demeurent à peu près égales, ça regarde plutôt bien.

Les deux courbes sont ramenées au premier jour de la rentrée. On voit une hausse rapide à l’hiver et à l’automne.

Cet automne, le sommet de cas actifs à l’école, 2143 a été atteint le 24 septembre, il y a presque un mois. Ensuite, ça a baissé, et stabilisé.

(Note : en moyenne des 7 jours, le sommet arrive quelques jours plus tard, et on reste sous les 2000, puisque le sommet est « normalisé » par les données des autres jours, moins élevées.)

Pour que la tendance dans les écoles change de façon significative, les conditions doivent changer. Ça peut arriver essentiellement si on change les mesures sanitaires, le nombre de contacts ou si un nouveau variant se pointe.

Le nombre de contacts a augmenté considérablement avec la rentrée et s’est maintenu, c’est donc pris en compte dans le portrait actuel.

Les mesures sanitaires ont été allégées, mais le passeport vaccinal limite les contacts dans les lieux publics aux personnes doublement vaccinées. Difficile à dire si ces deux variables s’annulent parfaitement mais, chose certaine, la tendance à la baisse est là depuis un bon trois semaines, même s’il y a eu quelques fluctuations. Une chose est sûre, le passeport restreint énormément les contacts des parents non vaccinés, qui ont moins de chances d’attraper le virus et de le transmettre ensuite à leurs enfants.

Comme la vaccination continue de progresser dans population en général et que celle des enfants de 5 à 11 ans, pourrait être autorisée quelque part en novembre, le virus aura de moins en moins d’espace pour circuler.

À elles seules, les écoles primaires représentent un bassin d’environ 650 000 hôtes pour le virus, qui pourrait être réduit rapidement des trois quarts, si on se fie aux taux de vaccination des élèves du secondaire.

Le virus va être graduellement tassé dans un coin.

Un facteur qui pourrait changer la donne est l’arrivée d’un nouveau variant qui serait trop contagieux pour être contenu par les mesures sanitaires en place, comme ça a été le cas avec l’Alpha, au printemps, et au Delta à la fin de l’été, du moins pendant quelques semaines.

Présentement, rien n’indique un tel scénario. Le principal variant à surveiller, le Delta « Plus », découvert en juin dernier, serait environ 10 % plus contagieux que la souche dominante du Delta. Ça ne semble pas assez pour faire une différence significative dans une population largement vaccinée.

L’autre facteur qui pourrait faire une différence est la baisse de la température – et donc la fermeture des fenêtres dans les écoles et ailleurs – et le retour général à l’intérieur.

Mon opinion bien personnelle est que ça n’arrivera pas, en tout cas pas assez pour renverser la tendance actuelle. L’hiver dernier, les cas avaient baissé à la fin de la seconde vague, avec le renforcement des mesures sanitaires, même s’il faisait froid dehors et que les fenêtres étaient fermées. La baisse avait été durable jusqu’au moment où le variant Alpha est devenu prédominant.

J’ai l’impression qu’on devrait revoir la même chose cette fois-ci pour la baisse des cas après le pic initial, d’autant plus que l’automne est déjà assez avancé et qu’il n’y a pas de super-variant en vue pour casser le party.

🤞

Il reste maintenant à sortir massivement les tests rapides, qui pourraient nous aider à limiter la perturbation dans les classes, ce qui demeure un irritant majeur pour beaucoup d’élèves, de parents et d’enseignants.

-30-

Vous avez aimé cet article? Vous pouvez m’aider à en produire d’autres!

Ce média indépendant est entièrement sociofinancé.
Vous pouvez contribuer à le soutenir en cliquant ici, et en apprendre davantage sur mon engagement ici
.



Catégories :Covid-19

Tags:,

1 réponse

  1. Tu dis: Une chose est sûre, le passeport restreint énormément les contacts des parents non vaccinés, qui ont moins de chances d’attraper le virus et de le transmettre ensuite à leurs enfants.
    Je ne suis pas 100% d’accord car il s’agit qu’un non vacciné l’attrape et en croise un autre non vacciné. Alors la cascade va se poursuivre.
    J’apprécie grandement tes analyses.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *