Qui a peur des tests rapides ?

Au Québec, notre gouvernement s’inquiète du « faux sentiment de sécurité » que pourraient offrir des tests rapides. Comme pour le masque. Comme les purificateurs d’air

Ce n’est pas beaucoup mieux dans le reste du pays.

Selon une compilation réalisée par Radio-Canada, sur les 53 millions de tests qu’Ottawa a acheté pour les provinces, seulement 9 millions ont été utilisés.

En comparaison, le Royaume-Uni a utilisé 95 millions de tests rapides depuis six mois, ou sept fois plus, en proportion de notre population.

Au Royaume-Uni, 620 000 cas ont été détectés, dont 173 000 dans les garderies, écoles et universités, et 35 000 dans des centres de soins de longue durée. Des milliers d’infections supplémentaires ont été évitées, et potentiellement des centaines d’hospitalisations et de décès.

On sait depuis des mois que même si les tests rapides n’attrapent pas tous les cas, ils en attrapent la majorité, et au moment ils sont potentiellement le plus contagieux. Une étude a montré que des tests rapides utilisés aux trois jours étaient aussi efficaces que des tests PCR pour attraper le virus.

Présentement, au Québec des élèves sont renvoyés à la maison quotidiennement pour faire la file au centre de dépistage et attendre un, deux, trois jours avant de recevoir le résultat de leur test. Quand ils l’apprennent, ils ont souvent eu le temps de contaminer d’autres élèves et des profs. Des classes sont fermées. Des parents sont forcés de prendre congé.

En Nouvelle-Écosse, des cliniques sans rendez-vous offrent le dépistage rapide depuis novembre dernier. Novembre. 2020. Des bénévoles sans expérience dans le système de santé font passer les tests, après une courte formation.

En Allemagne, en Autriche, en Suisse et en Grande-Bretagne, les gens passent les tests eux-mêmes à la maison. On a même montré aux enfants à le faire eux-mêmes.

Le gouvernement du Québec a encore quelques millions de tests qui prennent la poussière dans des entrepôts. À ce stade-ci, pourrait-il seulement nous les donner? On va s’arranger avec.

-30-

Vous avez aimé cet article? Vous pouvez m’aider à en produire d’autres!

Ce média indépendant est entièrement sociofinancé.
Vous pouvez contribuer à le soutenir en cliquant ici, et en apprendre davantage sur mon engagement ici
.



Catégories :Covid-19, Gestion de la pandémie

Tags:

1 réponse

Rétroliens

  1. Tests rapides : la résistance inexplicable de la Dre Quach – Le blogue de Patrick Déry

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *