La « fin de la pandémie », vraiment?

Un chroniqueur que j’adore lire a récemment annoncé la fin possible de la pandémie, une « prévision » (son mot) qu’il a lui-même qualifiée de « très audacieuse ».

Quelques immunologistes se sont étouffés dans leur café en lisant ça.

Son hypothèse, essentiellement : puisque les cas sont en baisse (ce qui est vrai), ceux qui devaient contracter le virus l’ont déjà contracté, et les autres sont vaccinés.

On le souhaite tous, mais ça me semble très hasardeux, pour plusieurs raisons.

Comme le graphique ci-dessus le montre, ce n’est pas la première fois que la covid nous donne de faux espoirs.

Au Québec, aucun enfant de 11 ans ou moins n’est vacciné, ce qui représente environ un million de personnes. Et ils ne le seront pas avant au moins plusieurs semaines, le temps que le vaccin soit approuvé pour eux. En attendant, le nombre de cas continue de grimper dans les écoles, atteignant un sommet depuis la fin avril.

Un autre 700 000 à 800 000 Québécois de 12 ans et plus n’ont encore reçu aucune dose. Plusieurs d’entre eux n’en auront jamais.

Le variant Delta, 2,5 fois plus contagieux que celui de l’an dernier, et 1,5 plus contagieux que l’Alpha (celui du printemps), a donc encore énormément de place pour circuler et faire des dégâts.

On le voit en Israël, un pays largement vacciné, où l’on rapporte présentement où le virus a fait 85 morts la semaine dernière.

On le voit en Angleterre, un autre pays largement vacciné, où plus de 100 000 enfants sont présentement tenus à l’écart des classes par la pandémie.

On le voit dans le reste du monde, où plus de 3 millions de cas et plus de 50 000 morts sont présentement rapportés chaque semaine, des chiffres qui sont d’ailleurs probablement sous-estimés, alors que plus de la moitié de la planète n’a même pas reçu au moins une dose.

Hors des pays riches et de quelques autres, la terre est une immense soupe virale dans laquelle la covid peut encore muter autant qu’elle le souhaitera. On risque d’épuiser l’alphabet grec avant que le virus ait fini de se transformer…

***

Verra-t-on encore des journées de 40, 50, 60 morts cet automne au Québec? Ça semble très peu probable, justement en raison de la vaccination.

Mais est-ce que le virus a fini de nous embêter, de fermer des écoles et des lieux de travail, de bloquer des lits d’hôpital et de nous jouer des tours? Tant que l’autre moitié de la planète n’est pas vaccinée, c’est loin d’être évident, même si on gardait nos frontières fermées. Parlez-en à l’Australie.

C’est sans compter les presque deux millions de notre gang qui refusent ou attendent le vaccin, ici même au Québec.

Si la pandémie avait lu Marc Twain, elle dirait sans doute que « l’annonce de ma mort apparaît prématurée ».

-30-

Ce blogue indépendant est entièrement sociofinancé. Vous pouvez contribuer à le soutenir en cliquant ici, et en apprendre davantage sur mon engagement ici.



Catégories :Covid-19

Tags:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.